Faire ses semis intérieur soit-même, c’est super simple et économique!

Vous hésitez à faire vos semis vous même ou à vous précipiter dans la serre la plus prêt de chez vous pour acheter des plants tout prêts ? Allez, faites-les vous même. C’est facile et vous en aurez beaucoup plus pour votre argent!

Étape 1 – Réunir le matériel:

  • Contenants (ceux de champignons sont mes préférés)
  • Terreau ''à semis'' ou mélange de type ‘promix’ non enrichi et à 'drainage rapide'
  • Eau, Crayon et Bâtonnets
  • Semences

 

Étape 2 – Faire le semis:

  • Mettre le terreau dans votre contenant
  • Humidifier le terreau un peu au préalable (optionnel, mais préférable)
  • Semer la graine à profondeur inscrite sur le sachet
  • Recouvrir de terreau et appuyer avec vos doigts pour compresser un peu le terreau par dessus la semence
  • Identifier (la mémoire est une faculté qui quoi déjà?)
  • Arroser doucement et profondément
NOTE: J'aime utilise une gourde type ''de vélo/sport'' pour verser doucement. Je ne recommande pas l'utilisation d'une bouteille vaporisateur pour les semis car souvent cela ne permet d'humidifier assez en profondeur.

Étape 3 – Ne pas les oublier:

-Déposer vos petits semis près d’une fenêtre (exposée au sud ou sud ouest de préférence).
-Garder le terreau humide, mais pas détrempé (faire des trous au fond de vos contenants pour drainer l’eau).
-Température de germination, autour de 19-22 C°, soit la température de votre maison généralement ou un peu plus chaud.

-L'utilisation d'un 'tapis chauffant pour semis' et d'un thermostat réglable peu s’avérer une bonne option pour compenser la diminution de chaleur apportée par la fenêtre.

-NE PAS utiliser les couvercles transparents vendus avec les plateaux de semis pour 'maintenir l'humidité'. Souvent, ces couvercles conservent une humidité trop importante et cela fait pourrir les semences. Mieux vaut arroser régulièrement et laisser l'air ambiant réguler le taux d'humidité.

 

 

Voilà plus qu’à attendre de voir germer les semences…

Étape 4 – La lumière

Une fois les petits plants sortis de terre, vous devrez leur fournir un ensoleillement d’une durée de 8-12 heures par jour. Une fenêtre exposée plein soleil est un endroit parfait. N’oubliez pas tourner les semis de temps en temps pour qu’ils poussent droit si votre seule source de lumière est la fenêtre.

Vous pouvez ajouter une lampe d’appoint (néon). Ce dernier doit être maintenu à environ 15 cm au dessus des semis. Il faut pouvoir le remonter au fur et mesure que les plants grandissent pour maintenir constamment cet écart d’environ 15 cm entre la lumière et les plants. Sans quoi la lumière sera trop diffuse (risques d’étiolement) ou trop forte (risque de brûlure).

Étape 5 – L'acclimatation des plants

Quelques semaines avant la transplantation au jardin, pensez à acclimater vos plants. Pour se faire, sortir vos plants dehors pour les acclimater au vent et au soleil intense afin d’éviter le choc de transplantation (coup de soleil par exemple). Au début, sortez-les que 5 minutes par jour, puis 10 minutes, 15 minutes…

Si vous avez une petite serre, vous pouvez transférer vos plants en pot dans celle-ci autour de la mi-mai (zones 3-4).

Étape 6 – La plantation

Une fois les plants acclimatés et les risques de gels nocturne écartés, le temps est venu de procéder à la plantation au jardin.

Si la tige des plants est trop longue et fragile, planter votre plant à l'horizontale.

Pour la plantation, j'aime bien utiliser la technique de la 'petite piscine' ? Pour maximiser l'écoulement de l'eau vers les racines des légumes gourmands comme les tomates, les courges et les concombres. Cette 'technique' permet de maximiser les arrosages.

Pour se faire, on creuse un trou dans lequel on place deux bonnes pelletés de compost. On dépose de plant dedans et on enterre juste assez pour couvrir la motte. Il faut qu'il y ait encore un creux entre le niveau du sol et le dessus de la motte. On rempli cette dépression d'eau et on laisse percoler. On comble ensuite avec le restant de terre et on façonne une dépression qui permettre de diriger l'eau des prochains arrosages directement vers le système racinaire de la plante. On arrose encore. Voilà notre plant est en terre pour l'été!

On peut ajouter 1-2 apports en engrais tel que thé de compost ou fumier de poule granulaire, au courant de l'été pour favoriser une santé et une production optimale.

Allez, maintenant vous n’avez plus aucune raison d’hésiter.

Bons semis!

Outils pratiques pour planifier ses plantations:

Carte des zones climatiques du Canada:

http://sis.agr.gc.ca/siscan/nsdb/climate/hardiness/index.html

Date moyenne du dernier gel au sol selon votre région:

http://www.agrometeo.org/pdf/datesGel0PriMOY19792008.pdf